Bac 2019 : Français et philosophie

Bac 2019 : Français et philosophie
L'actualité 2019 sur dubrevetaubac.fr

Rechercher dans ce blog

mercredi 22 mai 2019

La perception peut-elle être objective ? série L 2019 Washington, bac de philosophie 2019

La perception peut-elle être objective ? série L 2019

Correction du commentaire Série ES, Washington 2019 Kant, Théorie et Pratique

Correction du commentaire 



Kant theorie et pratiqueKant theorie et pratique (5.68 Ko)


Kant, Théorie et Pratique

Thème : l'obéissance aux lois
Problème : un peuple doit-il se révolter contre des lois qui le rendent malheureux ?
Thèse : le peuple doit obéir aux lois dans toutes les situations
Plan :
l. 1-3 : annonce du problème et de la thèse
l. 3-7 : le droit, principe suprême de la communauté
l. 7-14 : l'impossibilité du bonheur comme principe suprême
14-19 : primauté du salut public et liberté individuelle

Annonce du problème et de la thèse
Pour poser le problème qu'il va se proposer de résoudre, Kant imagine un scénario où un peuple est rendu malheureux par les lois auquel il est soumis. Cette situation est celle de la tyrannie, et connaît une acuité et une résonance particulières en 1793, au cours de la Révolution Française et peu après la chute de l'absolutisme en France. L'angle par lequel Kant aborde la question n'est pas celui de l'intérêt du peuple mais de son devoir : « que doit-il faire ? ». Sa position est parfaitement claire : « il n'y a rien d'autre à faire que d'obéir » ; le peuple a le devoir d'obéir aux lois même en situation de tyrannie. Il s'agit pour Kant de défendre une position théorique qui va à rebours du cours de l’histoire.
Le droit, principe suprême de la communauté

Correction de la dissertation Tous les échanges sont-ils profitables? Washington ES 2019

Correction de la dissertation Tous les échanges sont-ils profitables? Washington ES 2019




Le profit, élément du schéma général de l'échange
a) L'échange doit être approuvé par les deux parties qu'il engage, sinon il ne se tient pas. Par conséquent, toutes deux doivent avoir une raison d'échanger. Sans profit, l'échange n'existerait pas. De quelque nature que ce soit, il doit y avoir un surplus, une plus-value dans le schéma de la cession réciproque.
b) L'échange matériel ou marchand ne crée rien et fait seulement circuler ce qui existe. Le profit n'est donc pas au niveau de l'échange lui-même. Distinction valeur d'échange / valeur d'usage (Marx) : c'est parce que, dans les deux sens, la valeur d'usage est supérieure pour le destinataire de l'objet échangé que, de part et d'autre, l'échange est contracté. Il y a alors gain des deux côtés, non dans le système des échanges mais dans l'usage qui est fait des objets qui circulent.
c) Il existe aussi des types d'échanges qui ne privent pas le propriétaire de l'objet échangé : échanges d'informations, de connaissances, d'idées... Dans ces échanges, la seule chose qui se perd est la supériorité du propriétaire sur celui qui ne possède pas encore. On peut penser la structure de ces échanges comme une transaction : céder cette supériorité contre l'acquisition d'une connaissance / idée /etc dont on suppose qu'elle a plus de valeur. Si les deux parties s'accordent, il y a encore profit de chaque côté.
Dans tous les cas, il faut un profit qui motive l'échange, sans lequel les parties ne le réaliseraient pas.
Lire la correction

consultez les sujets corrigés de philosophie Washington 2019 séries ES, S, L

Annales bac philosophie Pondichéry Washington Liban Afrique

consultez les sujets corrigés de philosophie Washington 2019 séries ES, S, L

La connaissance de l'histoire est-elle utile à l'action présente? Corrigé bac de philosophie ES Washington 2019

La connaissance de l'histoire est-elle utile à l'action présente?
Corrigé bac de philosophie ES Washington 2019


L'histoire ne se répète jamais
a) Les situations dans le cours historiques sont à chaque fois singulières. Une même situation ne se reproduit pas à l'identique. Connaître les situations passées ne peut pas renseigner sur les situations actuelles. Au contraire, les personnes amenées à prendre des décisions doivent avoir le sens de la singularité et de la nouveauté de la situation à laquelle elles font face, s'affranchir des cadres que le passé est venu constituer.
b) Série d'exemples :
la connaissance des régimes des cités antiques et du fonctionnement de la vie politique dans celles-ci n'est pas utile à la prise de décision dans nos démocraties modernes, même en considérant Athènes qui était elle aussi une démocratie. La situation nouvelle est très différente : échelle de l’État-nation et non de la cité, statut très différent de la citoyenneté, relations d'une autre nature avec le reste du monde, place différente de l'individu et de la vie privée...
l'histoire économique depuis le début de l'époque moderne n'a cessé de se métamorphoser ; aujourd'hui la situation de l'économie mondiale, ses acteurs (FTN, Banque mondiale...), la place de la finance, etc tissent une situation sans précédent, dans laquelle l'attention portée à un stade antérieur de l'économie risque d'induire des décisions mauvaises ou inefficaces.
Etc
Toutes les situations dans l'histoire sont sans précédent. Toutes les actions présentes ont affaire à des situations singulières et nouvelles.

La perception peut-elle être objective ? Corrigé Washington L

La perception peut-elle être objective ?
Corrigé Washington L


Perception : réception d'impressions sensibles par nos différents sens
Opposition objectif / subjectif : le subjectif est propre à un sujet, l'objectif le dépasse, lui est extérieur et peut être partagé.
Problème : je suis seul à percevoir mes perceptions. Comment être sûr que celles-ci correspondent à une réalité extérieure ?
Enjeu : statut de la connaissance et de la réalité : tout se réduit-il à ce que je perçois, ou y a-t-il une réalité hors de moi ?
Le solipsisme
a) Kant : distinction entre phénomènes et choses en soi. Mes perceptions ne sont pas les choses considérées en elles-mêmes. Ce sont ces choses, telles qu'elles m'apparaissent. Exemple : je vois de la couleur mais la réalité est peut-être en elle-même incolore.
b) Descartes : alors peut-être que toutes mes perceptions sont à l'intérieur de moi sans aucun objet qui leur corresponde. Argument du rêve : je sais que percevoir un objet sensible sans objet extérieur est possible, alors c'est peut-être le cas de toute ma perception. Hypothèse du malin génie : un mauvais esprit est peut-être en train de me faire percevoir des hallucinations.
c) La position philosophique de l'idéalisme soutient que ces hypothèses sont exactes. Il n'existe que des esprits ainsi que les images sensibles dont ils sont affectés. « Exister, c'est être perçu ou percevoir » (Berkeley). Il n'y a pas de réalité matérielle. Cette position peut conduire au solipsisme : je ne peux plus être sûr qu'il existe une seule autre personne que moi. Je suis enfermé dans mes phénomènes, et toutes mes perceptions sont subjectives.

Y a t'il en nous quelque chose qui échappe à la culture? Corrigé bac dissertation de philosophie Washington série L 2019

Y a t'il en nous quelque chose qui échappe à la culture?
Corrigé bac dissertation de philosophie Washington série L 2019
L'obscurité de la nature humaine : difficulté à trouver de l'universel
a) Très grande variété de cultures sur la Terre. Concerne tous les domaines de la vie. Quasi impossibilité manifeste de trouver un facteur commun. [ici, quelques exemples ethnologiques sont tout à fait bienvenus]
b) Le critère du corps : tous les hommes ont une tête, deux bras, deux jambes, indépendamment de leur culture. Problème : il y a un grand nombre de variations morphologiques d'un groupe à l'autre (ex résultats aux Jeux Olympiques). Le code génétique est lui aussi modifié par les appartenances ethniques. De plus, fonder l'humanité sur le corps reviendrait à exclure les difformités et les handicaps de l'humanité, ce qui est problématique.
c) Le critère de la raison : tous les hommes peuvent mener un raisonnement, additionner deux et deux. Descartes : « le bon sens [= la raison] est la chose du monde la mieux partagée ». Problème : là encore les types de rationalité diffèrent : tous les peuples n'ont pas les mathématiques, les conceptions du monde peuvent être très éloignées les unes des autres, certaines logiques orientales ne reconnaissent pas le principe de contradiction... De plus, là encore, cela reviendrait à exclure les fous et les malades mentaux de l'humanité.

Corrigé bac philosophie série S, Washington La raison suffit-elle à connaître le réel?

Corrigé bac philosophie série S, Washington 
La raison suffit-elle à connaître le réel? 



a) La raison : faculté du vrai et du faux, de la fabrication et de l'agencement des concepts, de la cohérence des différents contenus de connaissance. Faculté par excellence qui sert à connaître. L'irrationnel, ce qui n'obéit à aucune règle logique, est le contraire de la connaissance : opposition entre connaissance et délire. Une représentation vraie du réel ne peut venir que de la raison.
b) Opposition entre connaissance et expérience. Faire l'expérience d'un objet n'est pas le connaître. La connaissance suppose un passage au général qui est le fruit de la raison. La seule expérience même répétée apporte une habitude, mais la connaissance au sens fort suppose une appréhension du contenu empirique par une raison qui cherche des régularités, une objectivité. Différence entre l'expérience (empirique, courante, naïve) et l'expérimentation (construite, pensée, contrôlée).
c) Opposition entre connaissance et opinion. La connaissance à proprement parler suppose un examen scrupuleux de la raison, une attention rigoureuse à la cohérence des concepts, ainsi qu'à la cohérence avec l'expérience (ce qui est encore une préoccupation de la raison, qui se traduit notamment par l'expérimentation). La connaissance est une démarche rationnelle qui suppose un surplus par rapport à la rationalité courante. Bachelard : « l'opinion pense mal ; elle ne pense pas ; elle transforme des besoins en connaissance » (= elle ne produit pas de vraies connaissance, elle adapte ses représentations aux besoin de situations concrètes. La connaissance est un processus d'abstraction supplémentaire).
 LIRE LA SUITE

Avons-nous besoin d'art? Corrigé série S Washington 2019

Avons-nous besoin d'art? Corrigé série S Washington 2019
a) art = activité gratuite dans son essence. L'art est inutile :
Théophile Gautier : « Tout ce qui est utile est laid »
L'activité artistique, créatrice ou contemplative, ne remplit aucun besoin vital, ne sert à rien. Les besoins sont d'ordre biologique. Les animaux de pratiquent pas l'art.
b) L'art suppose justement un dépassement de la sphère du biologique. Kant : la contemplation esthétique est désintéressée, elle va de pair avec un abandon des considérations matérielles, elle suppose une attitude de l'esprit qui n'est pas celle de la satisfaction des besoins. L'art est intrinsèquement étranger au besoin.
c) L'art est une activité gratuite, ludique, oisive. Elle est réservée à ceux qui ont les moyens de consacrer leur temps à autre chose que la satisfaction des besoins : elle s'adresse prioritairement aux riches, comme le montrent les prix sur le marché de l'art. Preuve que l'art n'est pas indispensable.
Lire la suite